Science et technique de libération des émotions (EFT)

Posted by on octobre 8, 2015 in Médecine, Psychologie, Science | 0 comments

Qu’est-ce que l’EFT?

La technique de libération des émotions (“Emotional Freedom Technique” en Anglais) consiste à libérer des perturbations siégeant dans le système énergétique du corps. Pour cela, elle exige que la personne se centre sur une problématique émotionnelle ou somatique (dont la cause est très souvent émotionnelle). Ensuite, la personne est amenée à effectuer des tapotements avec les doigts sur les points de terminaisons de méridiens du corps, tout en continuant à se centrer sur la problématique par la verbalisation du problème ou la visualisation mentale d’un évènement, selon la méthode employée.

Cette technique empreinte des aspects provenant d’approches très diverses. Elle puise néanmoins son origine dans celle des thérapies d’énergie qui existent probablement depuis la nuit des temps sous des formes qui nous sont inconnues. Plus récemment, dans les années 60, né en occident la kinésiologie appliquée qui s’intéresse aux perturbations énergétiques du corps. Dans les années 80, un psychologue américain du nom de Roger Callahan va mêler la kinésiologie et l’acupuncture pour donner naissance à « la thérapie du champ mental ». Celle-ci consiste principalement à se centrer sur un problème émotionnel puis effectuer des tapotements sur des séries de méridiens. Dix ans plus tard, cette technique va être simplifiée est rendue plus accessible par un étudiant de Callahan, ingénieur de formation, Gary Craig. Depuis la technique ne cesse d’être remaniée dans l’effort de la rendre encore plus efficace.

Est-ce que l’EFT est une méthode sérieuse et efficace?

Comparativement à la psychothérapie cognitivo-comportementale, une étude récente (Benor et al., 2009) a montré que l’EFT apporte des résultats similaires, mais dans un temps plus court ! Ainsi l’EFT est efficace contre le stress post-traumatique (Church and Brooks, 2014), les phobies (Salas, Brooks, et Rowe, 2011), le stress en réduisant notamment le taux de cortisol dans le sang (Bougea et al., 2013 ; Church, Yount and Brooks, 2012 ), les troubles obsessionnels-compulsifs (Mortiz et al., 2011), les douleurs (Brattberg, 2008), les troubles du comportement alimentaire (Sojcher, Gould Fogerite, et Perlman, 2012), et l’inconfort chez les patients cancéreux (Gundgaard Pedersen, Johannessen, Hjelmborg et Zachariae, 2014). Malgré l’ensemble de ces données scientifiques, l’utilisation de l’EFT reste marginale et controversée, même si elle commence à être employée dans certaines structures hospitalières aux Etats-Unis et en France en particulier.

Comment fonctionne-t-elle?

La technique demande habituellement de se centrer sur un événement spécifique relatif à une problématique particulière et d’élaborer une phrase de préparation qui va mettre en mots l’événement et le problème qui en découlent. Ensuite, il s’agit de tapoter avec les doigts sur des points d’acuponcture, donc sur des méridiens du corps, tout en rappelant l’événement et le problème à l’aide de mots-clés ou de phrases courtes. Ce que nous savons c’est que cette pratique va permettre de libérer les perturbations siégeant dans le système énergétique du corps. Or les points d’acuponcture sont un accès à ce système énergétique. En outre, le tapotement régulier avec les doigts va installer l’individu dans un état modifié de conscience ou état de (semi-) transe, comme c’est le cas par exemple ave la méthode de désensibilisation et reprogrammation par mouvement des yeux (EMDR). Nous savons que dans cet état, le subconscient peut s’exprimer car le cerveau fonctionne dans un autre mode que d’habitude. Une étude utilisant l’électroencéphalogramme a d’ailleurs montré qu’après une séance d’EFT, les ondes cérébrales sont modifiées (Swingles, Pulos, et Swingles, 2004). Plus précisément, les personnes qui rapportent bénéficier du traitement EFT à long terme, présentent davantage d’ondes thêta et béta qu’avant le traitement.

meditation55

Les recherches indiquent également que l’acuponcture induit des changements de l’activité neuronale dans un vaste réseau cérébral impliquant des régions sous-corticales (cervelet, pont, hypothalamus), le cortex préfrontal qui joue un rôle notamment dans la régulation des émotions, l’hippocampe qui est une structure clé pour la mémoire, ainsi que des régions impliquées dans la gestion de la réponse affective à la douleur comme l’insula et le système limbique (hypothalamus, cortex cingulaire et amygdale) (Dhond, Kettner, Napadow, 2007). Quant à l’EMDR, les études indiquent que la méthode permettrait à des régions du cortex frontal, en particulier de l’hémisphère gauche, de venir inhiber la réponse émotionnelle liée à un traumatisme dans les régions phylogénétiquement plus anciennes et impliquées dans la réaction de peur (amygdale, insula) (Levine, Lazrove, Van der Kalk, 1999). Les études sur les mécanismes précis de l’EFT ne sont malheureusement pas encore assez nombreuses et scientifiquement rigoureuses, faute de budget alloué à ce domaine de recherche considéré encore comme du « paranormal ». Nous commençons toutefois à comprendre progressivement les effets de l’EFT sur le corps humain.

Site internet de l’EFT Suisse ici

Références:

Benor, J.D., Ledger, K., Toussaint, L., Hett, G., Zaccaro, D. (2009). Pilot study of emotional freedom techniques, wholistic hybrid derived from eye movement desensitization and reprocessing and emotioanl freedom technique, and cognitive behavioral therapy for treatment of test anxiety in university students. Explore. 5, pp 338-340.

Bougea, A.M., Spandideas, N., Alexopoulos, E.C., Thomaides, T., Chrousos, G.P., Darviri, Ch. (2013). Effect of the emotional freedom technique on perceived stress quality of life, and cortisol level salivary levels in tension-type headache sufferers: a randomized controlled trial. Explore, 9, pp 91-99.

Brattberg, G. (2008). Self-administered EFT (Emotional Freedom Techniques) in Individuals With Fibromyalgia: A Randomized Trial. Integrative Medicine, 7, pp 30-35.

Church, D., Brooks, A.J. (2014). Cam and energy psychology techniques remediate PTSD symptoms in veterans and spouses. Explore, 10, pp 24-33.

Church, D., Yount, G., Brooks, A. J. (2012). The Effect of Emotional Freedom Techniques on Stress Biochemistry : A Randomized Controlled Trial. The Journal of Nervous and Mental Disease. 200, pp 891-896.

Dhond, R., Kettner, N., Napadow, V. (2007). Neuroimaging Acupuncture Effects in the Human Brain. The journal of alternative and complementary medicine, 13, pp 603-616.

Gundgaard Pedersena, C., Johannessen, H., Hjelmborgc, J., Zachariae R. (2014). Effectiveness of energy healing on Qualityof Life: A pragmatic intervention trial incolorectal cancer patients. Complementary Therapies in Medicine, 22, pp 463-472.

Levin, P., Lazrove S., Van der Kolk, B. (1999). What Psychological Testing and Neuroimaging Tell Us about the Treatment of Posttraumatic Stress Disorder by Eye Movement Desensitization and Reprocessing. Journal of anxiety disorders, 13, pp 159-172.

Moritz S., Carrillo Aravena, S., Guczka, S.R., Schilling, L., Eichenberg, Ch., Raubart, G., Seebeck, A., Jelinek, L. (2011). Knock, and it will be opened to you? An evaluation of meridian-tapping in obsessive-compulsive disorder (OCD). J. Behav. Ther. & Exp. Psychiat. 42, pp 81-88.

Salas, M. M., Brooks, A.J., Rowe, J.E. (2011). The immediate effect of a brief energy psychology intervention (emotional freedom techniques) on specific phobias : a pilot study. Explore, 7 pp 155-161.

Sojcher, R., Gould Fogerite, S., Perlman A. (2012). Evidence and potential mechanisms for mindfulness practices and energy psychology for obesity and binge-eating disorder. Explore, 8, pp 271-276.

Swingles, P.G., Pulos L., Swingles, M.K. (2004). Neurophysiological indicators of EFT treatment of post-traumatic stress. Subtle energies & Energy Medicine,15, pp 75-86.

Share Button

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Êtes-vous humain ? * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*